Être soigné en toute tranquilité

Chirurgie du cancer de l’œsophage et du cardia

La chirurgie de l'œsophage est le plus souvent réalisée pour les cancers de l'oesophage découvert à un stade précoce. Même si ce cancer est de mauvais pronostic en terme de survie globale, le traitement médico chirurgical associant radiochimiothérapie et résection chirurgicale permet une survie prolongée. Il existe deux principaux types de cancers de l’œsophage : les carcinomes épidermoïdes (les plus fréquents) et les adénocarcinomes.

Technique chirurgicale du cancer de l’œsophage et du cardia

La situation anatomique de l'oesophage fait que le chirurgien a souvent recours à une double voie d'abord: abdominale et thoracique.

L'intervention consiste à enlever l’œsophage, une portion de l’estomac, et les ganglions autour de ces organes.  L’étendue du geste varie en fonction de la localisation de la tumeur. L’intervention la plus classique est l’intervention de Lewis-Santy ou oesogastrectomie polaire supérieure, adaptée pour les tumeurs du bas œsophage ou de la jonction entre l’œsophage et de l’estomac (le cardia).  Lorsque tout l’œsophage doit être retiré (tumeurs du moyen, ou du haut œsophage), on parle d’oesophagectomie totale.

L'intervention, pour une oesophagectomie, se déroule toujours sous anesthésie générale. La remise en continuité du tube digestif se fait en remplaçant l’oesophage enlevé, par l’estomac restant (plus rarement par l’intestin grêle ou le gros intestin). L’estomac est pour cela transformé en tube pour pouvoir être ascencionné au sommet de la cage thoracique ou au cou. Cette opération se fait la plupart du temps par voie ouverte, c’est-à-dire avec une ouverture de cavité abdominale, de la cavité thoracique, plus ou moins du cou. Elle dure de 3 à 6 heures en fonction du type de chirurgie qui est réalisée.

Beaucoup plus rarement, et en fonction de l’expérience de l’équipe chirurgicale, cette intervention peut être réalisée par vidéo-chirurgie, c’est-à-dire, sans faire de cicatrice, en utilisant une caméra et en réalisant cette opération sous contrôle vidéo.

L'hospitalisation et les suites post opératoires

Immédiatement après l’intervention, après une surveillance de quelques heures en salle de réveil, vous serez transféré soit en service de réanimation chirurgicale.

Par la suite vous réintégrerez le service de soins continus puis de chirurgie pour la fin du séjour. La durée d'hospitalisation est d'en moyenne trois semaines mais peut être plus longue.

Durant cette hospitalisation, un des 3 chirurgiens de l'équipe passera vous voir régulièrement afin de gérer:

  • La douleur: soulagée par des médicaments anti-douleur administrés par perfusion ou par la bouche, et/ou une péridurale. Ces traitements sont personnalisés en fonction de votre intervention, de votre capacité à manger, et du niveau de la douleur. L’objectif principal est le soulagement le plus complet des douleurs liées à l’opération.
  • La kinésithérapie respiratoire : essentielle après une chirurgie de l'oesophage. Des séances vous serons préscrites avant l'intervention chirurgicale à domicile et lors de votre hospitalisation vous aurez des exercices à réaliser avec l'aide du kinésithérapeute de notre unité de soins.
  • L’alimentation et l’hydratation : Les premiers jours vous aurez une sonde naso gastrique, (petit tuyau passant par le nez et allant dans l'estomac, mis en place pendant l'intervention si nécessaire ). Puis dès que le chirurgien le permettra, vous aurez une alimentation orale progressive. Celle ci ne sera réalisée qu'après avoir réalisée un scanner thoraco abdominal vérifiant la bonne solidité de la couture réalisée au niveau de l'oesophage et de l'estomac. En attendant , et bien souvant même une fois l'alimentation orale reprise, une alimentation sera administrée par les veines pour garantir un apport calorique journalier suffisant et pour un meilleur confort. Dans tous les cas, des compléments alimentaires par la suite vous seront proposés de façon à vous apporter suffisamment de protéines permettant une meilleure cicatrisation.
  • Les drainages : ils peuvent être mis en place en fin d’intervention de façon à limiter ou dépister plus précocement certaines complications. Dans le cas de la chirurgie de l'esophage vous aurez des drains thoraciques (au niveau du poumon ) et abdominaux. Des contrôles de ces drains seront faits régulièrement jusqu’à leur ablation qui sera décidée par le chirurgien. Cette ablation sera réalisée par un(e) infirmier(e) au sein de la clinique durant votre hospitalisation.
  • La sonde urinaire : elle sera retirée en moyenne 4 jours après l'intervention (plus longtemps si il y a eu un geste sur la vessie ou si nécessaire). 

Le retour à domicile ou en centre de convalescence

  • Le retour à domicile :  sera décidé en accord avec votre chirurgien (ou par un de ses confrères après concertation entre ces derniers) . Un transfert en centre de convalescence (ou maison de repos) peut être justifié en fonction de la lourdeur du geste chirurgical, l’apparition de complications, ou de votre fragilité générale (lourds antécédents, vie seule..). 
  • Une consultation postopératoire :  est habituellement prévue à 3 semaines  de l’opération : un rendez vous sera automatiquement fixé dès votre sorties de la clinique. En cas de problème entre votre sortie d’hospitalisation et cette consultation, vous pouvez contacter votre chirurgien ou ses confrères à tout moment via le secrétariat ou les urgences de la clinique (en cas d’urgence).

Complications et séquelles potentielles en Chirurgie du cancer de l’œsophage et du cardia

  • Lachage de suture

Dans ce cas la situation du patient s'aggrave brutalement assez rapidement après l'opération. La fièvre est un des premiers symptomes. Deux situations se produisent en cas de fistule. Soit la fistule est bien drainée (extériorisation de liquide sale) et une réopération n'est pas obligatoire, soit la fistule est mal drainé et le patient doit être réopéré. C'est une complication gràve responsable du décés dans 1/3 des cas.

  • Complications respiratoires

Du fait du terrain (souvent il s'agit de patient fumeur), le poumon fonctionne mal après l'opération. Une pleurésie (liquide dans le poumon) peut survenir voir même une pneumopathie (infection).

  • Hémorragie

Elle peut être de plusieurs origines. Il peut s'agir d'un saignement sur une suture gastrique ou alors d'un ulcère à distance des sutures. L'hémorragie doit être controlée soit par les voies naturelles soit par une nouvelle intervention.

C'est une complication plus tardive qui se traduit par une réapparition des difficultés d'alimentation. Le patient vomit et à des douleurs au niveau de l'estomac.

  • Dénutrition

Ce est fréquent. Il est souvent pré-existant au problème. Il peut être responsable d'un retard de cicatrisation et donc d'infection de paroi. C'est pour cela que vous aurez des complements nutritionnels, avant pendant et après l'intervention chirurgicale. 

 

Actualités

Publications

12
janv.
2021

Nouveaux traitements du cancer

Dr MALGOIRE

Prenez RDV en ligne avec Dr Dr Jean-Yves Malgoire: Chirurgien viscéral et digestif Lire la suite

13
janv.
2017

Nouveaux traitements du cancer

Dr PISSAS

Prenez RDV en ligne avec Dr Marie-Hélène Pissas: Chirurgien viscéral et digestif Lire la suite